PARCOURS LITTÉRAIRE #1 avec Gilles Marchand et Yannick Grannec à l’Étoile du Nord

Le 24 septembre 2020, je me suis rendue à la soirée de lancement du Parcours Littéraire, premier volet du triptyque, animé par Charlotte Milandri, accompagnée de Gilles Marchand, fil rouge de ce parcours, Yannick Grannec, romancière invitée, et David Meulemans, éditeur de ce premier.

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre en me rendant à l’Étoile du Nord, mais la confiance renouvelée dans ce lieu où la création est centrale, a attisé ma curiosité.

Une fois n’est pas coutume, je ne me forcerai pas à l’exercice du résumé, car le sujet est bien trop évanescent, mais je vous copie celui qui a donc capté mon attention :

« Pour le premier rendez-vous, sous la coupe de Charlotte Milandri, je serai en compagnie de la romancière Yannick Grannec et de mon éditeur David Meulemans. Une soirée pour parler d’écriture, aborder les questions de la « fabrication des histoires », de la manière de les raconter, de leur transformation en livre, du rôle de l’éditeur et de la vie d’un livre.”

Parcours Littéraire #1
De gauche à droite : David Meulemans, Gilles Marchand, Yannick Grannec, Charlotte Milandri, Les élèves de l’école Auvray-Nauroy

J’ai d’abord abordé cette soirée comme un moment que j’avais envie de garder pour moi, singulier, suspendu. Des intervenants, nous avons entendu des témoignages, des réflexions, des confessions, intimes parfois, drôles souvent, touchantes aussi. Ceux-ci, je les garde pour moi, et puis ça ne serait pas leur rendre justice que de les écrire. Mais ce que je peux faire, c’est vous parler du caractère éminemment intéressant de cette rencontre.

Je me suis également posé la question d’une certaine mégalomanie* à mon égard car écrire sur une rencontre avec des auteurs, avec l’infime probabilité qu’ils passent par ici, ne serait-ce pas trop compliqué à gérer pour mon orgueil ? Et c’est là que je me suis remémoré mon ambition* sur ce blog : donner envie aux lecteurs d’assister aux belles choses que j’ai la chance de voir, et l’écrire du mieux que je peux.

S’il me semble impossible de théoriser la phrase : « Écrire, c’est quoi ? », nos hôtes n’ont pas cette prétention non plus, mais ils nous parlent de leur expérience propre. La spontanéité qui les caractérise tout au long de la soirée en fait un moment passionnant.

Peut-être est-ce parce que j’écris, mais je pense sincèrement que les personnes s’intéressant au processus de création, toutes disciplines confondues, devraient se rendre aux prochains rendez-vous de ce Parcours atypique.

Je vis dans une grotte littéraire depuis un moment, et cela n’a pas été pour autant un obstacle à ma réception. Cela est dû à mon sens, d’une part à la lecture de passages choisis des romans des invités par les élèves de l’école Auvray-Nauroy, et d’autre part à la générosité dont fait preuve le quatuor.

Concernant cette qualité, on remarque à travers leur partage d’expérience, que les deux romanciers ont des processus de travail bien différents, mais cela ne les empêche pas de se témoigner un profond respect. Sur la scène de l’Étoile du Nord, on laisse libre court à la digression, là où notre esprit nous suggère de nous rendre, sans aucune coupure de parole, et avec une bienveillance extrême.

Et ce qui les fait converger aussi, c’est la nécessité* : celle d’être là, d’écrire, de partager, de lire.

D’autres questions ont été abordées mais je ne pense pas devoir être le témoin de cette soirée sous cette forme*. Je vais juste finir ces impressions avec la description des prochains rendez-vous auxquels je vous conseille de vous rendre :

  • Le 9 janvier 2021, « le collectif sera au cœur de cette deuxième rencontre. Avec Sofia Aouine et sa Rhapsodie des oubliés qui se déroule à la Goutte d’Or, Yohann Elmaleh auteur de Moi j’suis de la race écrite qui prend place dans le quartier Crimée et de Joseph Ponthus qui, avec A la ligne, nous amène au cœur de l’usine. Un rendez-vous pour aborder la place de l’écriture dans le monde, dans la société, un regard sur ces marges trop souvent déshumanisées. »
  • Le 29 mai 2021, « dernier rendez-vous avec un concert littéraire ou une lecture musicale. Peu importe le nom, ce qui est certain, c’est que je (Gilles Marchand) lirai des extraits de mon dernier roman, accompagné par les quatre cordes du violon d’Emmanuel Gross et de quelques autres instruments. »

N’hésitez pas à me partager vos ressentis suite à votre venue lors d’une de ces rencontres. Pour ce faire, voici mes réseaux, une autre façon de communiquer :

Je vous invite également à regarder de plus près la programmation riche de l’Étoile du Nord : http://www.etoiledunord-theatre.com/

À très vite !

*Les mots dotés d’un astérisque sont des mots employés durant cette soirée et qui ont eu une certaine résonnance pour moi. Je m’en suis servie pour illustrer ces impressions, mais dans un autre contexte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.