Le hasard merveilleux / JC. Dollé / L. Natrella / B. Guedj / Théâtre #48

C’est au Théâtre de la Contrescarpe (Paris 5ème) que j’ai découvert ce seule-en-scène, « Le hasard merveilleux », écrit par Jean-Christophe Dollé, mis en scène par Laurent Natrella et interprété par Brigitte Guedj.

 

Lors du tournoi de l’amitié, Sylvie, entraineuse de l’équipe féminine de handball d’Aubervilliers, revient à Constantine, sa terre natale. Une chose en amenant une autre, le hasard fait qu’elle pourra enfin marcher sur les pas de son enfance.

 

Jean-Christophe Dollé nous offre un texte puissant et engagé avec ce spectacle. Plusieurs sujets sont abordés avec beaucoup de finesse.

L’entraineuse confrontée à ses jeunes joueuses permet de situer les éléments historiques, tels que la guerre d’Algérie, sans nous assaillir d’informations didactiques.

Des religions, on en parle, en se mettant à un carrefour (celui des personnages, des lieux, des générations, …) qui permet d’enrichir les points de vue de chacun.e sans en imposer un.

Hasard visuelOn aborde également ce que c’est que d’être une femme au milieu de tout ça, mais aussi d’un père tyrannique, et de textes faits par les hommes pour les hommes, et des secrets de famille, en considérant que la femme n’est pas une sous-catégorie de l’être humain mais (évidemment) une catégorie à part entière. Peu importe votre obédience, certaines phrases sont percutantes et nécessaires d’être dites.

Jean-Christophe Dollé donne aux mots le pouvoir qu’ils ont. Avec des « si », on pourrait refaire le monde, mais on peut aussi vouloir le construire.

Laurent Natrella nous offre une mise en scène à la hauteur de l’écriture qu’elle sert. Les espaces-temps sont clairs, les rendant limpides pour le spectateur, entre flashbacks et présent. Les nuances apportées au rythme sont délicates et précieuses.

De l’enfance, il réussit à nous en rendre la douceur par cette capacité à s’évader dans son imaginaire, mais aussi la violence d’être encore candide face au monde des adultes. Il y a quelque chose d’indescriptiblement poétique qui ressort de la patte de Laurent Natrella.

le-hasard-merveilleux-contrescarpe-710Et sur scène, vous retrouverez la virtuosité de la comédienne Brigitte Guedj. Elle interprète ce rôle de femme forte, qui ne signifie pas pour autant l’absence de fêlures et de fragilité. Elle est de celles qui se battent pour elles-mêmes et pour le monde, en cherchant la réconciliation avec son passé, ses racines. Pour faire vivre celles et ceux qui l’entourent, elle utilise le masque, le corps et la voix.

Pour les mots, pour ce qu’ils défendent, pour cette équipe à leur service, et bien d’autres raisons, je vous encourage à aller voir « Le hasard merveilleux » au Théâtre de la Contrescarpe (5, Rue Blainville – 75005 Paris). Sur ce lien, les dates, réservations, etc : https://www.theatresparisiensassocies.com/pieces-theatre-paris/le-hasard-merveilleux-4508.html

Pour suivre ce spectacle de plus près, voici sa page Facebook : https://www.facebook.com/lehasardmerveilleux/

Je vous remercie de me suivre, vous êtes chaque jour un peu plus nombreux à partager ces moments avec moi, et ça fait très plaisir ! Pour ceux qui le souhaiteraient, voici mes réseaux sociaux :

À très vite !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.