On dirait ton père / C. Broquet / M. Pouvreau / T. Martel / Allez au théâtre #10

Et c’est encore une belle découverte que j’ai faite à la Comédie des 3 bornes (Paris XI), car j’ai eu l’occasion d’assister au spectacle « On dirait ton père », de Camille Broquet et Marion Pouvreau, joué par ces deux dernières ainsi que Thomas Lempire, et mis en scène par Thibault Martel.

 

De leur naissance à leur émancipation, Zoé, Léa et Ted nous racontent leur famille et les conséquences qu’elle engendre du simple fait d’en être issu.

 

Quel vaste sujet que la famille ! Tellement universelle et pourtant si propre à chacun. La pièce a l’audace de nous parler de ce bagage que nous portons tous, de façon consciente ou non, avec plus ou moins de poids, celui des générations qui nous précèdent. La bonne vingtaine de protagonistes présents sur scène oscillent perpétuellement entre tendresse et colère, une fidèle image de nos rapports au sein de ces relations familiales.

Une vingtaine sur une scène de même pas 10 m² ? Tu es sûre ? Oui, oui, je le suis, car ces trois comédiens ont réussi à me faire croire à chacun des personnages qu’ils interprètent, avec brio, investissant leurs corps, leurs voix, leurs petites faiblesses et originalités. Ils prennent le temps de poser les choses pour nous délivrer leur témoignage, leur sensibilité, tantôt étouffée, tantôt enlaçante.

Le texte et la mise en scène se sont alliés pour nous livrer un spectacle à la fois drôle et touchant, deux conditions, à mon sens, indispensables pour tenir un spectateur attentif sur un sujet comme celui-ci.

Le dispositif scénique est astucieux et suffisant. Il fait sens grâce à des codes accessibles à tous, et qui permettent de ne jamais perdre le fil du croisement permanent de ces trois familles.

Il m’a semblé que le thème principal de la charge du passé familial était enrichi par d’autres sujets satellites :

 

Qu’est-ce qu’être une femme aujourd’hui, notamment dans une société compétitive comme la nôtre ?

 

Un choix peut-il être imposé ou bien ces deux termes sont-ils bien trop contradictoires pour être juxtaposées tout en faisant sens ?

 

Cette dernière question mériterait une dissertation à elle toute seule mais je pense que, quelle que soit la nature du choix, il ouvre la porte à une multitude d’autres options à poser par la suite car dans la vie, l’important, c’est … (à vous de complèter en commentaire et/ou d’aller voir leur réponse sur scène !).

Mais revenons-en à nos moutons, cette dernière question se retrouve aussi impliquée dans la forme même du spectacle car, qui dit « création », dit souvent « succession de choix » dont il ne faut pas forcément parler tellement ils appartiennent à l’équipe, au metteur en scène, aux auteurs. Et indéniablement, qu’il est bon d’assister à ce type de créations théâtrales quand elles prennent ce risque, parce que c’est le cas ici !

Je pense que c’est une évidence si votre lecture vous a mené(e) jusqu’ici, mais je le dis quand même « au cas où », je ne peux que vous recommander d’aller voir cette pièce !

 

Je récapitule les détails pratiques :

Quoi ? « On dirait ton père », de Camille Broquet et Marion Pouvreau, mis en scène par Thibault Martel.

Avec ? Camille Broquet, Marion Pouvreau et Thomas Lempire

Où ? À la Comédie des 3 bornes (32, Rue des trois bornes – 75011 Paris), et en tournée.

Quand ? Les jeudis à 21h30 (pour les représentations parisiennes).

Comment réserver ? https://www.billetreduc.com/212062/evt.htm

Pour les suivre ? https://www.facebook.com/ondiraittonpere/

Vous avez aimé cet article ? Alors likez la page Facebook https://www.facebook.com/Meloditdubonheur, et partagez cet article sans plus attendre.

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.